Dans le cadre de la découverte des métiers, Ewen et Victor ont joué les journalistes pour aller rencontrer les mini entrepreneurs de 3ème1. Voici le compte rendu de leur visite.

Une serre dans l'atelier
Une serre dans l’atelier

La classe de 3eme1 du collège Max Jacob a créé en début d’année scolaire une mini entreprise avec leur professeur M.Marsollier. Max Abiserre est donc une toute nouvelle entreprise.
Ce projet a été développé au maximum par les élèves qui ont rencontré des personnes afin d’en apprendre plus sur les entreprises et savoir ce que l’on peut faire ou ne pas faire.

organigramme de l'entreprise
organigramme de l’entreprise

L’entreprise fabrique et vend de petites serres faites en bois. Les élèves ont travaillé sur leurs serres et les ont perfectionnées afin d’obtenir le meilleur rendement possible tout en proposant aux clients un prix très bas (50 €). Tout ce qu’ils font est réfléchi. Le gaspillage… Ils ne connaissent pas. Forcément au début, ce n’a pas été facile. Ils ont commencé par des prototypes puis, à force de perfectionnement, ils ont été fiers de pouvoir présenter des serres qui répondaient à leurs objectifs.

fabrication à l'atelier
fabrication à l’atelier

Grâce à la coopération du patron de Leroy Merlin par exemple, ils ont pu avoir des prix très avantageux sur les matériaux utilisés lors de la construction de leurs serres pour profiter ainsi d’un meilleur rendement. En effectuant la vente de ces serres, l’argent qui sera récolté ira au profit d’associations en partie mais aussi aux élèves qui ont construit les serres. Les bénéfices pourront aider au financement d’un projet de fin d’année qui reste à organiser.

Pour la construction des serres, les élèves bénéficient d’un atelier très spacieux laissant largement la place à toutes les constructions et sûrement à de futures innovations. On ne le voit sans doute pas mais le bâtiment C du collège est composé de l’atelier bois et d’une cuisine mais aussi de salles de classe, et de deux pièces de rangements où sont stockés les outils nécessaires et de l’autre part les matériaux.

Bref les élèves ont de quoi faire. Pour l’instant les élèves de ne peuvent pas répondre aux demandes de tous car ils ont déjà beaucoup de commandes et ils espèrent pouvoir vendre aux clients qui seraient intéressés.

Ewen Carnet et Victor Scotet